Une clôture électrique le long de la digue

Publié le par Françoise Andersen

Quand nous sommes arrivés cette année dans notre petit paradis de la Baltique, des voisins nous ont appris qu'il y avait maintenant une vingtaine de chevaux en contrebas de la digue. Nous sommes donc allés les voir.

 Une clôture électrique le long de la digue

C'était très joli ces chevaux en train de paître. Je me suis alors trouvée face à un problème linguistique: J'allais dire "paissaient" mais cela m'a semblé drôle. Pourtant ça se conjugue comme "connaître" , donc c'est correct. J'ai eu encore plus de doutes quant au futur. Si je veux dire qu'ils "vont paître", dois-je dire: "ils paÎtront" ? ;))

J'en étais sûre, le correcteur automatique (qui est vraiment automatique alors que sur l'ancienne version on devait le déclencher). a illico mis un trait rouge. J'avoue que ça sonne mal ;)) Je vérifierai plus tard.

Mais je n'étais pas venue ici pour vous parler conjugaison.

J'étais si absorbée par la contemplation de ces beaux animaux, que je n'ai pas tout de suite remarqué la clôture électrique, qui enlaidissait le paysage sur environ 300 m. Je bouillais intérieurement. En plus je crois qu'on n'a pas le droit de mettre une barrière si près du sentier. La limite des propriétés privées étant en bas de digue.

 Une clôture électrique le long de la digue

Avant, quand je prenais des photos, j'avais des bosquets, des terres en friche et des marécages à perte de vue. Bref la nature.comme je l'aime.

 Une clôture électrique le long de la digue

Maintenant il y a ces affreux fils et écriteaux.

 Une clôture électrique le long de la digue

Mais sans cet enclos pour les chevaux, je n'aurais pas pu prendre, hier, la jolie photo du baiser des poulains.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mireille du sablon 23/09/2013 17:16

...ils paîtront tranquilles mais ils ne faut pas se tromper en l'écrivant!
Gros bisous du jour de Mireille du sablon

Francoise Andersen 23/09/2013 20:26

:))

@nnie54 22/09/2013 18:01

Tu sais Françoise, par chez nous aussi les les parcs avec chevaux sont clôturées avec des fils électrique, j'en ai encore vus aujourd'hui.
Je pense qu'on dit qu'ils paisseront mais pas sûre...
@nnie

Francoise Andersen 23/09/2013 10:18

J'ai oublié de dire que quand je prends des photos lors de promenades en Haute-Savoie, je n'évite pas les clôtures, qui pour moi font partie du paysage montagnard. Mais ici, je suis encore plus dingue que d'habitude: j'ai une sorte d'instinct de propriétaire qui s'étend bien au delà de notre jardin et je n'aime pas qu'on touche à "mon banc", à "mon paysage", etc....

Francoise Andersen 22/09/2013 18:54

D'après le Robert ça se conjugue comme connaître: donc "ils connaîtront"
--> ils paîtront