Le pouvoir d'un sourire

Publié le par Françoise Andersen

Mon mari et moi, nous marchions sur le trottoir et quatre ou cinq jeunes d'environ dix-huit ans arrivaient en sens inverse, à une cinquantaine de mètres de nous. Ils étaient en plein milieu de la rue et nous les entendions plaisanter et rire. C'était une impasse pratiquement sans circulation, et il n'y avait qu'un trottoir étroit, d'un seul côté, avec juste la place pour deux personnes. Tout à coup un des garçons, un grand gaillard qui devait bien faire 1,90 m, a quitté le groupe et est monté sur le trottoir Il fonçait vers nous l'air décidé et agressif. Ses camarades observaient la scène en chuchotant et riant sous cape. J'ai tout de suite compris la situation. Le garçon avait dû leur dire: "Vous allez voir comment je vais leur faire peur, aux vieux. Je vais aller droit vers eux, et ils vont voir qui fait la loi. Ils vont être obligés de descendre du trottoir." J'ai beaucoup d'intuition et je sens tout de suite quand je suis en danger, qu'il s'agisse d'un animal ou d'un humain. Or ce garçon ne me semblait pas méchant. J'avais l'impression d'une sorte de pari que je ne voulais pas lui laisser gagner. Alors j'ai employé la seule arme que j'avais à ma disposition, mais dont je connais l'efficacité: le sourire.

 

Le pouvoir d'un sourire

Quand il a été à quelques mètres de nous, je lui ai dit "Bonjour" et lui ai souri. Cela l'a complètement désarçonné. Après quelques fractions de secondes d'hésitation, il a murmuré "Bonjour" et est descendu du trottoir. Il est allé rejoindre ses copains, qui riaient et semblaient se moquer de lui.

J'aime bien tester mon sourire et j'ai des tas d'autres anecdotes à ce sujet. Par exemple celle-ci: nous étions dans le train auto-couchettes qui nous ramenait en France, tôt le matin. Nous étions arrêtés dans une gare et prenions notre petit déjeuner dans notre confortable wagon-lit. Sur l'autre voie, juste de l'autre côté de la vitre, il y avait un train de banlieue, qui était en train de se remplir de voyageurs, qui semblaient encore ensommeillés. La plupart avaient l'air indifférents et avançaient machinalement, comme des somnanbules, le regard dans le vide. D'autres nous lançaient des regards presque mauvais. Je me disais qu'ils étaient peut-être jaloux de voir ces vieux oisifs qui voyageaient confortablement, alors qu'une dure journée de labeur les attendait. J'ai alors tenté une expérience et adressé un sourire à tous ceux dont je croisais le regard, au fur et à mesure qu'ils avançaient dans leur compartiment. Mais je me heurtais à chaque fois à des visages fermés, sans la moindre réaction. J'étais en train de me décourager et prête à abandonner, quand un jeune homme, qui semblait d'origine turcque, est monté dans le train. Il a tout de suite répondu à mon sourire. Son visage s'est éclairé et on voyait qu'il était vraiment heureux que je lui aie souri. Et moi, j'étais heureuse de lui avoir procuré cette petite joie.

Si parfois je ne suis pas très en forme, entourée de visages moroses, alors je mets mon "pull-sourire". 

Le pouvoir d'un sourire

Il est très vieux, mais j'en prends bien soin, car je ne pourrais pas m'en passer. Devant il y a une grosse applique en tissu représentant un clown. C'est presque mécanique: quand je passe devant un miroir et que je vois ce visage hilare, cela me remet de bonne humeur. Je retrouve le sourire et j'en déclenche à nouveau autour de moi.

Faites comme moi: souriez. C'est magique !

Publié dans Réflexions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

flipperine 09/04/2015 09:07

le sourire fait tjs plaisir et un acte gratuit

arlette 09/04/2015 00:32

je souris souvent aussi et surtout dans ce genre de situation (enfin plus maintenant ici il n'y a pas de trottoir...loll)

vivi 08/04/2015 21:46

Tu prêches une convertie ! Parfois aussi, quand je le sens bien, j'envoie de la main un baiser ! Déclenchement de sourire adverse garanti !