Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Blog en semi-pause pour cause d'incidents techniques

Publié le par Françoise Andersen

Les problèmes se cumulent. Ceux que me cause la nouvelle version d'Overblog, je m'y étais habituée. Je faisais comme ma grand-mère qui avait des douleurs chroniques et qui nous disait toujours : "Je souffre, mais je supporte". Moi aussi je souffrais, mais je supportais :

 

1. quand l'article que je venais d'écrire, au lieu de se publier allait se cacher, pour ne je sais quelle raison, dans "Programmé" d'où j'avais le plus grand mal à le déloger. Ca pouvait pendre des heures et je ne sais combien d'essais infructueux.

 

2. Quand des commentaires (ou mes réponses) disparaissaient mystérieusement.

 

3. quand des photos ne voulaient pas se publier et qu'il me fallait recommencer je ne sais combien de fois avant que ça marche. "On" me mentait effrontément en prétendant que le format n'était pas valide.

 

4. quand des articles disparaissaient des brouillons

 

5. quand, après avoir corrigé des fautes et avoir à nouveau enregistré le brouillon, j'appuyais sur Publier et que c'était la version précédente, pas corrigée, qui se publiait "Ô rage, ô désespoir..."

 

Déjà ça fait beaucoup. Mais il faut ajouter à cela mes ennuis avec SFR. Parfois pour une durée plus ou moins longue la connexion ne se fait pas. Cette fois-ci ça a duré pratiquement pendant tout le week-end. Cela a quand même eu un avantage: me prouver que je pouvais vivre sans Internet. Il fut un temps où j'avais carrément des symptômes d'abstinence.

 

Et comme si cela ne suffisait pas, mon ordinateur chope des virus à répétition. Hier mon antivirus en a trouvé 2 et les a neutralisés. Pourtant le vendeur m'avait dit que ce n'était même pas obligatoire de mettre un anti-virus sur les Mac. Seulement " mon Mac  à moi" marche encore moins bien qu'avant. Il est d'une lenteur. C'est encore pire que quand je suis au Danemark très loin d'une antenne relais.

 

Alors c'est le ras-le-bol complet. Je crois que je vais publier mon "Petit coin de ciel" et puis je vais faire une pause, sinon mes nerfs vont me lâcher. Mais "Ce n'est qu'un au revoir..."

 

 

Partager cet article

Repost 0

Petit coin de ciel du 17 mars (Thonon)

Publié le par Françoise Andersen

Nous sommes enfin débarrassés de la brume polluée qui enveloppait Thonon et ses environs depuis quelques jours. J'ai pris cette photo ce matin, sur la voie de contournement de Thonon, alors que nous revenions chez nous, après être allés dans la zone commerciale. Avant nous mettions souvent 1/2 heure pour faire ce trajet, alors que maintenant cela nous prend 5 minutes. En plus le paysage est joli. Je crois même que cette route a remporté un prix en tant que plus belle réalisation de ce type. Juste avant de prendre la sortie qui est près de chez nous, on a une belle vue sur la montagne encore enneigée.

Petit coin de ciel du 17 mars (Thonon)

L'air n'est pas encore tout à fait pur, mais c'est quand même mieux qu'il y a quelques jours. Sur la photo suivante on ne voyait pas le lac, qui se fondait dans le gris du ciel.

Petit coin de ciel du 17 mars (Thonon)

Malgré la brume, j'ai cru apercevoir un petit bonhomme dans l'arbre de droite. Il s'agissait en effet d'un jardinier en train de l'élaguer, à l'aide d'un système de cordes.

 

Petit coin de ciel du 17 mars (Thonon)

Dans le même parc hier, c'était méconnaissable.

Petit coin de ciel du 17 mars (Thonon)
Petit coin de ciel du 17 mars (Thonon)

Partager cet article

Repost 0

Mon "dealer"

Publié le par Françoise Andersen

Non je ne me drogue pas mais j'ai quand même une forme d'addiction: je ne peux pas vivre sans être entourée de fleurs, de préférence de couleurs vives. Alors quand je dis à mon mari: "Je suis en manque. J'ai envie d'aller chez mon dealer aujourd'hui", il sait que cela veut dire que j'éprouve un besoin irrépréssible de renouveler, ou d'enrichir, la décoration florale du balcon (ou du jardin, quand nous sommes au Danemark).

 

Mon "dealer" c'est  la Jardinerie du Léman, près de Thonon-les-bains. Elle offre en ce moment aux acheteurs une symphonie de couleurs printanières.

 

Quand j'ai vu que le thème de la semaine d' Ombre et Lumière était "palette de couleurs", j'ai publié cette photo.

 

Mon "dealer"

"Ombre et Lumière" a été obligée de migrer depuis l'ancienne version d'Overblog vers Google +.

 

Si vous voulez vous y inscrire, vous pouvez le faire par mon intemédiaire. Je transmettrai à la modératrice du groupe. Le thème de la semaine prochaine est FALAISES.

 

Parmi toutes les photos de la semaine, j'ai beaucoup apprécié, entre autres, celle-ci. J'ai bien envie de chiper l'idée à l'amie de Thérése T, la propriétaire du blog ci-dessous. Je vais essayer cet été, mais je doute que ce soit une aussi belle réussite, car l'idée ne suffit pas, il faut aussi du talent. Si le résultat n'est pas trop laid, je vous le montrerai dans un prochain article. Enfin dans quelque temps, car nous serons au Danemark au plus tôt début mai

Partager cet article

Repost 0

Le 8 mars 1980 (suite) LA HONTE !

Publié le par Françoise Andersen

Suite de l'article  

La féministe célèbre et la fausse bonne soeur (8 mars 1980)

 

A la fin de la Conférence, je suis sortie pour aller récupérer ma voiture sur le parking. Toutes ces émotions m'avaient fatiguée et j'avais hâte de retrouver Caroline pour rentrer chez moi. Caroline, c'était ma chère petite Visa rouge. J'étais tellement attachée à cette voiture que je lui avais donné un nom, que j'avais même collé à l'arrière, sous la marque Citroën, en découpant des lettres dans du plastique adhésif noir. Résultat: le neveu de mon mari qui était passionné de voitures, n'ayant jamais entendu parler de ce modèle, avait pensé qu'il s'agissait d'une série limitée. Il l'avait cherché en vain dans un gros catalogue spécialisé. Il me l'a avoué un jour.

 

Malheureusement Caroline n'a pas voulu démarrer. Après de nombreux essais infructueux, il m'a fallu revenir à Bella Center, où s'était tenue la Conférence, pour trouver une cabine téléphonique et appeler une dépanneuse. 

Le 8 mars 1980 (suite)     LA  HONTE !

Bella Center, qui accueille des expositions, des Conférences, etc.

 

J'ai trouvé sur le Net cette photo de Bella Center  et j'ai été très étonnée de voir le bâtiment qui se trouve à gauche. Il faut dire que nous n'avons pas mis les pieds à Copenhague depuis 2004. Nous sommes tellement bien en pleine nature, à 160 km  de la capitale, que nous préférons que  les amis et la famille  nous rendent visite. J'ai donc voulu en savoir plus sur cet étrange construction toute de travers et j'ai découvert qu'il s'agissait de l'hôtel Bella Sky Comwell construit en 2011. Le groupe Rambøll qui a réalisé cet ouvrage a reçu un prix d'architecture en février 2014. Cet hôtel est encore plus penché que la tour de Pise (15 degrés d'inclinaison). Avec 23 étages, 812 chambres et 30 salles de réunions, c'est le plus grand hôtel de Scandinavie. Vous pouvez voir d'autres images dans la vidéo ci-dessous. Une fois sur le site, il faut cliquer sur la flèche en bas à gauche pour faire défiler les images, qui commencent par une photo d'un auditorium où se tiennent des colloques. Bonne visite !

Mais revenons à ma mésaventure. Tout était plus difficile avant les téléphones mobiles et cela m'a pris pas mal de temps pour trouver une cabine téléphonique.. Quand j'ai enfin réussi à avoir l'entreprise de dépannage, j'ai dit à la standardiste sur quel parking se trouvait ma voiture. Comme entre temps tout le monde était sorti (enfin c'est ce que je croyais) et que les parkings s'étaient vidés, je lui ai dit que ma Visa était facile à trouver, car elle était rouge et qu'elle devait maintenant se trouver toute seule au milieu d'un parking vide.

 

Après avoir téléphoné, j'ai vu que les plus hautes personnalités n'étaient pas sorties en même temps que le "menu fretin" et qu'elles s'engouffraient maintenant dans des limousines noires qui arrivaient les unes après les autres devant l'entrée.

 

Tout à coup j'ai eu la surprise de voir arriver au loin "ma" dépanneuse qui avait fait vraiment vite. Elle était rouge et immense. Elle ressemblait à celle-ci.

Le 8 mars 1980 (suite)     LA  HONTE !

Je me disais qu'il fallait que j'aille en vitesse rejoindre ma voiture, quand mon sang s'est glacé dans mes veines: au lieu de tourner à gauche et d'entrer sur le parking, la dépanneuse a continué tout droit vers l'entrée. Je l'ai vue, avec effroi, prendre place le long du trottoir derrière deux limousines, et être ensuite suivie par une autre. Je me suis précipitée vers ce monstre rouge coincé entre deux voitures de luxe et avec de grands gestes désespérés j'ai essayé de faire comprendre au chauffeur qu'il fallait qu'il aille sur le parking où l'attendait ma voitiure. J'ai d'abord cru qu'il ne me voyait pas, car il restait de marbre, mais il a fini par me faire  signe d'aller devant l'entrée. J'ai été obligée de lui obéir. Les deux limousines qui étaient en tête sont parties avec leurs passagers et la dépanneuse est arrivée en même temps que moi devant l'entrée. Mon "chauffeur" facétieux est descendu et m'a galamment ouvert la porte en s'inclinant ensuite, l'air hilare, devant moi. Je vous assure que ce n'est vraiment pas facile de grimper dans un camion avec des talons hauts et une jupe étroite, car la marche est très  haute. Mais j'aurais pu gravir une marche encore plus haute pour pouvoir me cacher au plus vite à l'intérieur et échapper à ma honte

 

 

Partager cet article

Repost 0

Petit coin de ciel du lundi 10 mars (Thonon)

Publié le par Françoise Andersen

Aussi beau qu'hier, mais le bleu est plus pâle.

Quelle joie hier de ressortir, pour la première fois cette année, les fauteuils de jardin sur le balcon. Je viens de mettre les coussins pour pouvoir m'y installer aussi cet après-midi, pour lire un livre de Kundera.

Petit coin de ciel du lundi 10 mars (Thonon)

Je continue: mardi 11 mars

Je viens d'aller sur le blog de Vivi

et parmi les liens qu'avait donnés Vivi, j'ai choisi d'aller d'abord sur celui de "Erato", qui habite aussi en Rhône-Alpes

J'ai d'abord cru voir une de mes photos d'hier

Thonon, lundi 10 mars

Thonon, lundi 10 mars

Mais non. A croire que nous habitons au même endroit   ;))

Partager cet article

Repost 0

La féministe célèbre et la fausse bonne soeur (8 mars 1980)

Publié le par Françoise Andersen

La féministe que j'ai eu le plaisir de rencontrer lors de la deuxième Conférence sur les droits des femmes, qui s'est tenue à Copenhague le 8 mars 1980, est Gisèle Halimi. Vous vous demandez sûrement qui était la fausse bonne soeur. J'ai honte de l'avouer, mais il s'agit de moi. Je vous raconte comment ça s'est passé.

 

A l'occasion de cette conférence, l'Ambassade de France avait organisé un cocktail auquel j'avais été conviée. J'y ai rencontré, entre autres, une religieuse française qui participait à la conférence, car elle défendait la cause des femmes, en tant que rédactrice d'une publication catholique, Nous avons sympathisé et comme elle séjournait dans un hôtel qui se trouvait sur mon chemin, je lui ai proposé de la raccompagner en voiture, ce qu'elle a accepté avec plaisir. Avant de descendre de la voiture, soeur Françoise (drôle de coîncidence) m'a dit: "Je dois rentrer en France deux jours avant la fin de la Conférence. Je pense que cela vous intéresserait d'y assister, alors je vous laisse mon bagde qui vous permettra d'entrer à ma place.<<

 

Le lendemain matin on m'a laissée entrer sans problème, étant donné que "Soeur Françoise" était sur la liste des participants. J'avais le coeur qui battait un peu, car c'était la première (et dernière fois) que je me faisais passer pour quelqu'un d'autre. Une fois à l'intérieur, je m'étais crue sauvée. J'ai trouvé "ma" place dans un groupe francophone composé de féministes pour la plupart écrivain(e)s ou journalistes. J'étais la seule Française du groupe, ce qui fait que Gisèle Halimi s'est assise à côté de moi. Elle a eu plus tard la gentillesse de m'offrir un exemplaire  de son livre "La Cause des Femmes". Cela m'a permis d'apprendre un mot que je ne connaissais pas. Elle avait en effet écrit dans la dédicace: "En toute sororité".

Dans l'article de Wikipedia on peut, entre autres, lire ceci :

 

>>Son enfance dans une famille traditionaliste sera l'origine de son combat dans la lutte féministe. En effet, dès son plus jeune âge, elle remet en cause ses obligations de fille au sein de sa famille. C'est pourquoi, à l'âge de 13 ans, elle entame une grève de la faim afin de ne plus avoir à faire le lit de son frère. Au bout de trois jours, ses parents cèdent et elle écrira dans son journal intime de l'époque : « aujourd'hui j'ai gagné mon premier petit bout de liberté » <<

 

J'ai dévoilé à Gisèle Halimi qui j'étais en réalité et jusque-là mon usurpation d'identité ne m'a pas posé de problème. Mais pendant une pause, je me suis aperçue qu'un prêtre français, qui avait fixé "mon" badge, se dirigeait vers moi. J'ai pris immédiatement la fuite. Heureusement les gens discutaient par groupes et étaient serrés les uns à côté des autres, ce qui m'a permis de disparaître rapidement à ses yeux. Mais le lendemain ce petit jeu du chat et de la souris a repris. Dès que je l'apercevais, je m'éclipsais, avant que son regard ne tombe sur moi. J'étais terrorisée à l'idée qu'il découvre la supercherie. J'aurais dû tout simplement lui dire la vérité, d'autant plus que j'avais pratiquement la bénédiction de l'Église, puisque c'était l'idée de la religieuse. Mais je crois qu'en fait ce qui m'ennuyait tant c'était de la "mouiller", alors qu'elle avait seulement voulu me faire plaisir.

 

Mes scrupules montrent à quel point, en quelques années, je suis devenue danoise et hyper disciplinée. A mon arrivée au Danemark, habituée à l'indiscipline des piétons parisiens, je m'étonnais de voir des Danois attendre que le feu passe au vert dans des rues absolument désertes. J'ai même vu un jour un chien, tout seul, s'asseoir sur le troittoir, fixer le feu rouge et ne traverser que lorsqu'il était passé au vert. Je vous assure, c'est véridique. Cette observation scrupuleuse de toutes les règles par les Danois m'amusait beaucoup. Mais 20 ans plus tard, le seul fait qu'un badge ne soit pas à mon nom m'avait mise dans un état de stress absolument ridicule.  Aujourd'hui je me dis que j'ai vraiment été ridicule de me comporter comme une criminelle en cavale avec un policier à ses trousses.

Le thème du nouveau "Casse-tête" de Sherry étant "Une femme pas ordinaire", cet article sera ma contribution, car Gisèle Halimi est une femme d'exception.

Partager cet article

Repost 0

Quand le lac Léman se prend pour l'Océan

Publié le par Françoise Andersen

Hier il faisait beau sur la plage de Corzent, près de Thonon, mais le vent était glacial. On ne voyait plus la rive suisse et on se serait cru au bord de la mer, avec ces vagues qui déferlaient sur le rivage.

Quand le lac Léman se prend pour l'Océan
Quand le lac Léman se prend pour l'Océan
Quand le lac Léman se prend pour l'Océan
Quand le lac Léman se prend pour l'Océan

Partager cet article

Repost 0

Je ne peux pas changer le monde, mais ... (2/2)

Publié le par Françoise Andersen

Dans mon article à propos du site  de l'Office de tourisme du Danemark, vous avez vu que je peux parfois faire changer les choses. Je vous en donne aujourd'hui deux autres exemples. Malheureusement, je ne suis pas sûre d'y avoir été pour grand chose. Peut-être que beaucoup de gens ont réagi comme moi et que c'est une vague de protestations qui a eu de l'effet et pas seulement ma modeste intervention. Mais comme je manque totalement de modestie, j'ai ajouté les petits événements suivants à mon tableau de chasse. Mais vous jugerez vous-mêmes.

 

J'ai écrit il y a plusieurs années à deux occasions différentes à France 2, pour me plaindre d'une pub qu'ils diffusaient et qui m'avait fait sortir de mes gonds.

 

Dans une des pubs, on voyait deux jeunes enfants sur le banc d'un parc en train de savourer avec un plaisir évident leur "Happy meal". 

Je ne peux pas changer le monde, mais ... (2/2)

Je vous décris la scène. Un peu plus loin dans l'allée, un petit garçon d'environ 4 ans sur un tricycle les regarde avec convoitise. Il a vraiment l'air d'un voyou en herbe avec sa casquette à l'envers et son regard effronté. Il démarre en trombe et fonce vers le banc. En passant devant la petite-fille, il fait du vol à l'arraché en lui chipant son repas, sans s'arrêter de pédaler à toute vitesse, la tête dans les épaules, comme un coureur cycliste.

 

J'avais considéré cela comme de l'incitation au vol: "La petite fille a quelque chose qui me fait envie, c'est simple je peux me l'approprier en utilisant la force".

 

Alors la Françoise, elle s'est mise illico devant son clavier et a écrit à France 2. 

 

Dans la journée j'ai eu une réponse qui m'informait que mon mail allait être pris en compte. Je n'ai pas été naïve au point de crier victoire. Je me suis dit que l'auteur de ce mail devait être un ordinateur et que ce genre de réponse s'envoyait automatiquement à tous les téléspectateurs qui écrivaient à la chaîne. Bref j'ai pensé que ça s'arrêterait là. Toutefois je n'ai pas regretté d'avoir écrit ce mail car ça m'avait défoulée. Sinon j'aurais continué à enquiquiner mon mari avec mes récriminations à chaque diffusion de la pub.

 

A mon grand étonnement, après ça, je n'ai plus jamais vu cette pub. Encouragée par ce qui était peut-être un succès (même s'il était sûrement collectif), j'ai remis ça à propos d'une autre pub. Une marque de yaourts (si mes souvenirs sont exacts) voulait prouver qu'ils rendaient les enfants très costauds et sportifs. Je vous décris la scène. Une jeune consommateur de ce produit miracle se trouve en haut des marches d'un escalier. Il y en a 6, je crois. Il prend son élan, et atterri triomphalement sur ses pieds, en bas des marches. Bien entendu pour faire la pub ils avaient filmé l'enfant prenant son élan et puis il l'avait fait sauter depuis la dernière marche. Il suffisait ensuite de coller cette scène à celle du haut des marches.

 

J'ai trouvé cette pub dangereuse car elle incitait les enfants à essayer de faire pareil. Vous vous imaginez un petit de 3 ou 4 ans qui essaie de faire la même chose.

 

J'ai donc à nouveau pris ma "plume" et cette fois aussi la pub a mystérieusement disparu. C'est le CSA qui, entre autres, veille au respect de certaines règles au sujet des pubs. Peut-être que ça sert à quelque chose d'attirer son attention sur quelque chose qui lui aurait échappé... ?? Je ne sais que penser. Ce serait bien orgueilleux de ma part de penser que je suis pour quelque chose dans le retrait de ces pubs. Mais d'autre part la réaction de "Visit Denmark" m'a montré que l'intervention d'une seule personne pouvait être très efficace.

Malgré tout ma fougue a baissé au fil des ans, au fur et à mesure que mon énergie diminuait. Maintenant je râle souvent sans agir. J'suis pas Superman. J'peux pas être partout ! ;))

Partager cet article

Repost 0

Nouvelle histoire sur mon autre blog

Publié le par Françoise Andersen

Partager cet article

Repost 0

Je ne peux pas changer le monde, mais... (1/2)

Publié le par Françoise Andersen

je peux quand même changer certaines choses. Je vous en donne un exemple.

 

Dans mon article précédent, je vous avais donné le lien du site de l'Office de tourisme du Danemark. J'ai voulu voir si ce lien fonctionnait et une horrible faute de français m'a sauté au visage. "Rejoindrez nous" à la place de "REJOIGNEZ-NOUS" comme traduction de l'anglais "JOIN US" .

Mon sang n'a fait qu'un tour, d'autant plus que je venais de vous envoyer sur ce site.

Je ne peux pas changer le monde, mais... (1/2)

Comme je ne me contente jamais de râler et que je suis une femme d'action, j'ai immédiatement cherché sur Google où je pouvais contacter l'Office de tourisme du Danemark pour leur demander de corriger ça au plus vite. J'ai été étonnée de voir que le bureau qui s'occupait, entre autres, de la version française du site était à Milan. J'ai écrit illico ceci:

 

>>Chers représentants de Visit Denmark à Milan: pouvez-vous corriger au plus vite cette horrible faute de français: à l'impératif c'est REJOIGNEZ-VOUS<<

 

Mon mari a levé les yeux au ciel en se disant une fois de plus "Ma femme est folle. Comme si ça va changer quelque chose".

 

Mais cela ne m'a pas découragée. J'avais pris la précaution de prendre une photo de la page d'accueil et j'ai joint la photo à mon mail.

 

La réponse ne s'est pas faite attendre:

 

>>Dear Francoise,

 

Thanks for your email. I already asked my colleagues who deal with French website to fix it. We work always under deadlines and sometimes we run too fast and we miss something. But thanks for helping.

Best regards<<

 

 

J'ai montré triomphalement cette réponse ultra rapide à mon mari. J'ai triomphé encore plus, un peu plus tard, quand une autre collaboratrice de Visit Denmark m'a écrit ceci:

 

>>Chère Françoise,

 

Merci pour ton indication et collaboration.

Je viens de le corriger!

Bonne journée<<

 

Bravo à ce site pour sa politesse et sa réactivité. 

 

Au cas où vous ne me croiriez pas, j'ai photographié la page d'accueil après la mise à jour.

 

 

Et voilà le travail  :))

Et voilà le travail :))

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>