Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Trop chaud, puis trop froid

Publié le par Françoise Andersen

Voilà déjà plus d'une semaine que nous avons retrouvé notre petit paradis danois, Jeudi dernier, en arrivant, il faisait presque trop chaud et nous avons été contents de trouver un peu de fraîcheur sur "notre" banc, face à la mer. Mais ce beau temps n'a duré que quelques jours et, avec la tempête, est arrivé un froid glacial qui nous a fait passer à 10 degrés. C'est en train de se rééquilibrer et aujourd'hui nous avons 17. Au soleil il fait bon, mais pour se promener sur la digue, il a fallu ressortir les anoraks. Le temps danois est très changeant, c'est pourquoi je n'ose pas trop donner de conseils quand des Francais me demandent quelle est la meilleure période pour venir en vacances ici.

 

Nous avons fait un voyage très agréable. La traversée de la Suisse n'est pas stressante, car les automobilistes respectent la vitesse maximale autorisée sur autoroute (120 km/h). On ne risque donc pas, comme en Allemagne, pendant qu'on dépasse un camion. de voir tout à coup dans le rétroviseur un bolide foncer sur vous. à 200 à l'heure, sur les troncons sans limitation de vitesse: Je dois reconnaître qu'il y en a de moins en moins et qu'ils sont à 3 ou même 4 voies.

 

J'ai pris cette photo à la sortie du nouveau pont sur le Rhône qui permet de rejoindre plus facilement l'autoroute, que nous quittons avant Vevey pour celle qui va à Bâle. Nous prenons en effet le train auto-couchettes à Lörrach, une petite ville allemande juste de l'autre côté de la frontière.

Trop chaud, puis trop froid

Comme les autres années, ll nous a fallu galérer pour obtenir deux compartiments l'un à côté de l'autre. A notre époque où l'informatique est si sophistiquée, je ne comprends pas pourquoi, quand on réserve les billets sur Internet, on attribue à un couple des compartiments qui ne sont pas à côté l'un de l'autre. Donc cette année j'avais la place 51 et mon mari la 62. Pas question de ne pas être ensemble, alors il deux deux solutions:

 

Première solution

On essaie de faire comprendre l'anomalie à l'employé allemand qui s'occupe du wagon. Avant c'était relativement facile, car on pouvait communiquer en anglais. Mais maintenant ils ne parlent qu'allemand.et ne comprennent pas notre requête. Heureusement quand on leur glisse discrètement dans la main un billet de 5 euros, leurs connaissances linguistiques remontent généralement très vite à la surface, Ils procèdent aussitôt au changement et vous prodiguent pendant tout le voyage un service extrêmement souriant et efficace.

 

Deuxième solution

On se refuse à soudoyer le personnel et on s'installe dans un des compartiments, en attendant la personne d'à côté afin de négocier directement avec elle. On pourrait croire l'opération facile, mais détrompez-vous: Même si la place qu'on leur propose offre le même confort et est dans le même sens, il y a des gens qui s'agrippent à celle qu'on leur a attribuée, comme une moule à son rocher et qui refusent catégoriquement un échange.

 

Heureusement il y en a aussi de serviables, comme cette jeune Allemande qui avait la place 52 et a accepté aimablement d'aller dans la 62 qui nous avait été attribuée. Nous avons pu ainsi demander ensuite à l'employé de déplacer les portes qui sont normalement sur des rails en biais, mais qui peuvent se mettre à  l'horizontale pour faire communiquer 2 compartiments. Cela permet d'avoir un petit couloir et de faire lit à part, mais pas chambre à part.

 

Quand nous étions plus jeunes (je veux dire moins vieux) nous prenions un seul compartiment. Ils sont en effet normalement prévus pour deux, un deuxième lit pouvant se rabatttre au-dessus du premier. Mais mon mari et moi préférons maintenant tous les deux le rez-de-chaussée et pour ne pas avoir à faire de l'alpinisme, nous réservons un compartiment à deux places pour chacun d'entre nous, sans que le lit du dessus soit déplié. Ce que le logiciel de réservation ne peut apparemment pas comprendre, n'ayant pas encore atteint notre grand âge. ;) Un jour j'ai cru pouvoir lui faire changer les choses en acceptant de remplir par mail un formulaire me demandant si j'étais satisfaite. Mais il n'y avait que des questions toutes faites. et c'était impossible d'écrire une remarque personnelle. Donc je continue à emloyer la méthode du billet de 5 euros qui améliore de facon quasi miraculeuse les compétences linguistiques du personnel.

Trop chaud, puis trop froid

Nous avons donc chacun notre compartiment avec un lavabo sur lequel nous trouvons, a notre arrivée, 1/2 litre d'eau minérale et une petite bouteille de vin. Vu le prix des billets qui augmente chaque année (676 euros pour la voiture, qui voyage sur une plateforme ainsi que pour 2 compartiments de wagon-lit, en aller simple).

Trop chaud, puis trop froid

Nous avons eu beau temps pour la traversée en ferry entre l'Allemagne et le Danemark. Un écriteau sur une cheminée m'a rendue perplexe. Il représentait deux hommes, une femme et deux enfants, un garcon et une fille. J'ai d'abord trouvé une explicaton farfelue pour amuser mon mari: il s'agissait d'un couple homo avec leurs deux enfants et la mère biologique des enfants. Si l'on appartenait aux "anti-mariage pour tous" il fallait marquer sa désapprobation en tournant très vite autour d'eux. Oui même si je vieillis, je continue à adorer faire le clown. Mais je redeviens sérieuse et je m'interroge quand même sur la signification de cet écriteau. Peut-être qu'en cas d'évacuation, les passagers doivent se rassembler là avant d'embarquer dans les canots de sauvetage. Mystère... Avez-vous une autre explication ?

 

Trop chaud, puis trop froid

Je ne sais pas quand j'aurai à nouveau l'occasion d'écrire un article. Je peux facilement utliser ma messagerie, mais je n'ai pas toujours accès à Overblog et de toute facon les blogs mettent trop longtemps à se charger. C'est pourquoi je ne peux plus vous rendre visite, mais je ne vous oublie pas.

 

J'ai oublié comment on faisait la cédille sur ce clavier danois Windows, alors je suis obligée d'écrire de cette facon ;))

 

A un de ces jours, si ma connexion me le permet.

 

Pour finir voici une photo de la plage de notre lotissement en fin d'après-midi

Trop chaud, puis trop froid

Partager cet article

Repost 0

Photo gagnante (suite)

Publié le par Françoise Andersen

Je vous avais dit que j'avais eu la chance de gagner le concours organisé par Nathalie à l'occasion du quatrième anniversaire de son blog.

 

Je savais que Nathalie avait promis un cadeau au /à la gagnant(e) , mais je n'avais pas imaginé être autant gâtée. Jugez vous-mêmes !

Photo gagnante (suite)

Un grand merci à Nathalie pour sa générosité. Tout m'a beaucoup plu. Et puis la Poste a fait un véritable miracle: le paquet envoyé en Colissimo a été oblitéré à 16 h "le cachet de la Poste faisant foi", comme on dit, et je l'avais dans ma boîte le lendemain à midi, c'est-à dire seulement 20 heures plus tard ! Imaginez ma joie et ma surprise. 

 

Encore merci à Nathalie pour ses jolis cadeaux.

 

Je lui avais promis d'être présente sur la photo, mais ce sera pour quand je serai au Danemark et que j'aurai meilleure mine. Et la prochaine fois je n'oublierai pas de photographier aussi la jolie  carte de Belley que Nathalie avait jointe aux cadeaux

 

 

Partager cet article

Repost 0

Départ proche pour le Danemark

Publié le par Françoise Andersen

En pleins préparatifs, je n'ai pas le temps d'être présente sur la "blogosphère", mais je ne peux résister à l'envie de publier cette photo que j'ai prise au coucher au soleil hier soir. Elle n'est pas retouchée.

J'ignore si je pourrai me connecter depuis le Danemark comme l'an dernier.

Départ proche pour le Danemark

Partager cet article

Repost 0

Youpie, j'ai gagné avec ma photo des Allinges ! :))

Publié le par Françoise Andersen

Nathalie   http://nathie01300.eklablog.com/  fête tous les ans l'anniversaire de son blog  (quatre ans cette année), en organisant un concours de photos. Elle récompense le/la gagnant(e) en lui envoyant un cadeau gourmand.

 

Je ne pensais pas du tout gagner, mais comme "l'essentiel est de participer" j'avais envoyé une photo d'un joli mur fleuri des ruines du château des Allinges.

 

Une fois sur le blog de Nathalie, vous pouvez agrandir la photo en cliquant dessus.

J'en profite pour vous dire que, suite à mon article "Les voleurs de pierres",

 

sur mon autre blog, j'ai été contactée par un journaliste de M6, qui m'a écrit qu'il préparait un reportage de 90 min. pour l'émission Zone interdite sur M6. Il s'intéresse au patrimoine et notamment au vol de vieilles pierres. Comme il souhaitait discuter avec moi du cas du château des Allinges, je l'ai appelé et je lui ai promis d'essayer de mener ma petite enquête.

A suivre...

Partager cet article

Repost 0

Nouvel article sur mon autre blog - Le héron (3)

Publié le par Françoise Andersen

Partager cet article

Repost 0

Damanhur, éco-société ou secte ?

Publié le par Françoise Andersen

Mon fils est allé dernièrement en Italie, dans le Piémont et des amis l'ont emmené visiter les temples souterrains de DAMANHUR, comme le font chaque année des milliers de gens, venus du monde entier. Ces "Temples de l'Humanité" ont été inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO. Leur construction a commencé en 1977, sans autorisation, sous l'impulsion d'Oberto Airaudi, dit "Falco".

Celui-ci voulait  "créer une société spirituelle, fondée sur la recherche et l'action, dans laquelle les femmes et les hommes expérimentent un nouvel équilibre entre êtres humains, forces divines et forces naturelles (...) En 1983 il lance une initiative appelée «Jeu de la Vie», basée sur le renouveau intérieur des individus, par lequel les Damanhuriens peuvent prendre un nom d'animal. Et lui devient Falco. Damanhur grandit d'une façon lente mais sûre et compte déjà des centaines de membres quand, en 1992, le Parquet général d'Ivrea découvre le grand secret: les Temples souterrains. S'ensuivront quatre années d'une intense bataille politique et légale qui se concluera en 1994 avec l'autorisation d'exploitation des Temples de l'Humanité.".

Vous pouvez en savoir plus en allant sur:

http://www.damanhur.fr/the-founder/1729-falco-oberto-airaudi

On prétend que Falco étant bébé pouvait déplacer des objets par la seule force de sa pensée. A 10 ans il aurait commencé à avoir des visions de ce qu'il croyait être sa vie antérieure et dans laquelle figuraient des temples somptueux. Avec l'aide d'une cinquantaine d'amis, il a commencé en 1977 à recréer, à 30 m sous terre et sur 5 niveaux, les temples qu'il voyait dans ses visions. Des volontaires sont venus peu à peu l'aider des quatre coins du monde.

Aujourd'hui la Fédératon Damanhur comprend environ 1000 membres vivant dans 26 communautés réparties dans un rayon de 15 km sur la commune de Vidracco, dans la vallée de Valchiusella. Cette fédération a ses propres écoles, vignobles, fermes, supermarchés et aucun leader, puisque "Falco" est mort en 2013. Elle concrétise des projets de développement durable.

"Les damanhuriens considèrent la planète comme un être vivant à respecter et à protéger. Ce principe se traduit par une grande attention à l’environnement."

Source: 

Je suis allée de surprise en surprise en lisant des articles sur Damanhur et en admirant les photos des temples. Ce passage d'un article du Figaro m'a rendue encore plus dubitative:

"La presse italienne en parle, parfois, pour dénoncer une secte suspendue aux lèvres d'un gourou vénal et satanique à la Rolex en or, ou rappeler au contraire que les Nations unies ont primé en 2005 cette éco-société pour ses valeurs éthiques, écologiques et spirituelles."  Source:  Voir les liens ci-dessous   1. article      2. Photos     3. Vidéo

La presse italienne en parle, parfois, pour dénoncer une secte suspendue aux lèvres d'un gourou vénal et satanique à la Rolex en or, ou rappeler au contraire que les Nations unies ont primé en 2005 cette éco-société pour ses valeurs éthiques, écologiques et spirituelles.
La presse italienne en parle, parfois, pour dénoncer une secte suspendue aux lèvres d'un gourou vénal et satanique à la Rolex en or, ou rappeler au contraire que les Nations unies ont primé en 2005 cette éco-société pour ses valeurs éthiques, écologiques et spirituelles.
 

J'ai été encore plus surprise en apprenant l'existence d'autres temples souterrains construits par des Jésuites entre le milieu du XIX e siècle et 1968 à Jezuitenberg aux Pays-Bas, près de Maastricht. En 1968 la construction s'est arrêtée. Celle de Damanhur a commencé quelques années plus tard.

Étrange histoire, n'est-ce pas ?

Damanhur, éco-société ou secte ?

Vous pouvez en savoir plus en lisant un article dont voici la fin et qui se trouve dans son intégralité à l'adresse ci-dessous.

Vous pouvez aussi visionner des photos du "Mont des Jésuites" en cliquant sur  le second lien et en faisant défiler les images grâce aux flèches qui apparaissent vers le haut quand on déplace la souris. 

"Dans le train qui me ramenait en France, j’avais à côté de moi un groupe de Belges qui parlaient d’une superbe galerie souterraine qu’ils avaient visitée près de Maastricht. On y retrouvait des statues de Bouddha, de Shiva, de Ramses II et du Christ, un taureau ailé, des idoles javanaises, etc. – au total, plus de 500 statues et peintures. Et même une pièce qui reproduisait entièrement l’Alhambra, avec fontaines, bassins et versets coraniques. Mon intérêt était à son plus haut point: y avait-il donc un autre Damanhur? Vous n’imaginez pas ma surprise lorsque j’entendis que ce lieu s’appelait le «Mont des Jésuites» (Jezuitenberg en néerlandais) (7) – il avait été construit par des élèves d’un séminaire tout proche et était donc l’œuvre de futurs Jésuites! Cette galerie, qui constituait un véritable temple (plusieurs chapelles avoisinaient des salles arabes, égyptiennes, etc.), aurait été petit à petit construite par ces élèves Jésuites lors de leur temps libre, le mercredi après-midi. Des élèves très assidus, car l’édification de cette œuvre – que j’ai visitée ultérieurement – s’étend sur plus d’un siècle (de 1860 à 1960 environ), et ce dans une grotte où la température ne dépasse jamais 10°C!

Ce récit, vous l’admettrez, est assez invraisemblable. On y voit sans équivoque la marque des Jésuites, qui auraient cherché à cacher l’inavouable. Je suis pour ma part convaincu que cet endroit – aujourd’hui abandonné – fut un laboratoire de réduction, tout comme l’est aujourd’hui Damanhur.

Une dernière remarque: c’est en 1968 que fut taillée la dernière statue du Jezuitenberg. Le chantier de Damanhur, quant à lui, commença en 1977. Y a-t-il eu continuité entre les deux projets, le premier n’étant qu’une expérimentation préliminaire (et moins réussie) opérée dans un cadre sécurisé? Ou existe-t-il d’autres «temples tombeaux» édifiés par les Jésuites et demeurés secrets? Le mystère reste entier, mais la piste jésuite se confirme."

 

Partager cet article

Repost 0