Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La Toussaint en été

Publié le par Françoise Andersen

Dans deux jours ce sera la Toussaint, mais c'est difficile à croire en voyant ce ciel bleu, ce soleil et mes géraniums encore en pleine forme parmi les bruyères qui , seules, rappellent qu'on n'est quand même plus en été.

 

 

La Toussaint en été

Les souvenirs de Toussaint de mon enfance sont tous gris et tristes. On allait fleurir les tombes des grands-parents dans le cimetière de Creil, qui était triste à mourir, si je puis dire. On apportait des chrysanthèmes dont la durée de vie était en général seulement de quelques heures car, la première gelée de l'année leur était immmanquablement fatale, dans la nuit qui suivait.

 

J'ai été agréablement surprise, quand je suis arrivée au Danemark, de voir que les cimetières ressemblaient plutôt à des jardins. Le plus grand cimetière de Copenhague est même un lieu de promenade pour certains.

 

Mais c'est à la campagne que les cimetières sont les moins tristes. En voici deux de l'île de Lolland.

La Toussaint en été

Non seulement j'ai retrouvé cette vieille histoire du "chien en deuil", mais j'ai retrouvé également, dans mes archives, un poème qui avait été publié dans un forum (FranceForum), que je fréquentais depuis le Danemark, dans les années 90. C'est l'ami de l'auteur qui l'avait publié peu après la mort et la crémation de celui-ci, qui s'appelait Pierre.  Je le trouve beau, alors je le publie à mon tour.

 

Je ne veux pas pourrir dans ma terre natale,

Ni devenir festin pour vers nécrophages.

Je préfère aux poissons, aux oiseaux être égal,

Et m'offrir des flots l'éternel voyage.

 

Je ne veux pas laisser mon nom sur une pierre

Que rongeraient la mousse et l'agonie des temps.

Je préfère l'océan aux sombres cimetières,

Ballotté par la houle ou poussé par le vent

 

Je ne veux pas de larmes et des fleurs de Toussaint.

Laissez-les aux jardins pour embellir la vie,

Moi j'aurai les coraux, le sable comme lit

D'aériennes méduses comme drap de satin.

 

Oubliez-moi bien vite, dès que vos mains auront

Déversé mon esprit dans le fol océan.

Laissez l'éternité mériter sa raison

Et s'envoler mon âme rejoindre le néant.

 

Les années passeront en me vêtant d'oubli,

En gommant du passé les traces de mes pas,

Car s'il n'en reste rien, j'aurai gagné ma vie

Et le droit de rejoindre l'Oméga et l'Alpha 

 

PIERRE

Partager cet article

Repost 0

Une deuxième vie pour certaines cabines téléphoniques

Publié le par Françoise Andersen

 

Les cabines téléphoniques vont bientôt disparaître. Leur démantèlement a d'ailleurs déjà commencé au milieu des années 90. Elles coûtent très cher, car elles sont souvent victimes de vandalisme et elles ne sont pratiquement plus utilisées (en moyenne seulement 3 minutes par jour et par cabine), à cause du développement du téléphone portable et des nouvelles technologies. J'ai trouvé sur Google le chiffre de 71 millions de téléphones portables en France, mais ce chiffre datait d'il y a quelques années. Il a dû augmenter depuis.

 

Toutefois Orange a, je crois, l'obligation de garder quelques cabines dans les zones blanches, c'est-à-dire là où il n'y a pas de réseau. En Danemark on appelle ces endroits des trous noirs. :)

 

Certaines cabines de village, comme celle de Trois-Fonds dans la Creuse, sont recyclées en "boîte à livres", ce qui est une très bonne initiative.

 

 

 

À Anthy-sur-Léman, c'est un placard qui remplit cette fonction et ils l'appellent non pas "La boîte à livres" mais "La boîte à lire". J'y ai emprunté, il y a quelques jours, un gros livre : "Les palombes ne passeront plus".

 

 

 

Si j'étais un homme je pourrais dire que j'en suis un fidèle usager, mais je ne pense pas qu'il y ait une forme féminine.

 

Ne bougez pas, je vais me renseigner dans le Robert. Eh oui, quand je veux me renseigner sur des mots, je préfère feuilleter dans mes bons vieux dicitonnaires, plutôt que de consulter Google. Une vieille habitude...

 

************************* Petite pause

A ma grande surprise, je viens de découvrir que le féminin (usagère) existe et pourtant mon Robert date de 2004. Mais cela me choque de me considérer comme "une usagère". Je suis surtout "usagée" ! ;))

 

Partager cet article

Repost 0

Petit coin de ciel thononais du 6 octobre 2014

Publié le par Françoise Andersen

Le soleil brille et le ciel est bleu, mais il y a de lourds nuages gris très menaçants au-dessus du lac. J'ai bien peur qu'ils soient en train de s'avancer vers nous.

Petit coin de ciel thononais du 6 octobre 2014

La météo locale nous a en effet promis de la pluie pour aujourd'hui. Hier ils ne s'étaient pas trompés en nous annonçant un gros orage, que nous avons eu en début de soirée.

 

Mais depuis notre retour c'était l'été indien et nous en avons bien profité en mangeant sur le balcon et en faisant d'agréables promenades.

 

Dimanche dernier nous sommes allés au bord du lac, au parc de Corzent, en bordure de Thonon. Une équipe était en train de tourner un court métrage sur la première guerre mondiale. Je n'ai pas compris la présence de ces jeunes "vierges" en blanc qui dansaient avec les militaires. Il devait y avoir un symbole qui m'a échappé. J'ai remarqué en revanche ce que j'appelle des "détails qui tuent". Alors que le metteur en scène avait crié "on tourne" j'ai vu qu'ils avaient oublié des sacs qui devaient être dans le champ de vision de la caméra. Un petit canot pneumatique bleu, qui passait à ce moment-là, m'a semblé également assez anachronique. Ils ont quand même évité les deux autres embarcations qui venaient de passer.

Petit coin de ciel thononais du 6 octobre 2014
Petit coin de ciel thononais du 6 octobre 2014
Petit coin de ciel thononais du 6 octobre 2014

La semaine dernière nous nous sommes promenés dans la campagne autour de Thonon. J'avais oublié à quel point on aime les géraniums-lierres dans la région. Au Danemark, à part les miens, on n'en voit pas beaucoup.

Petit coin de ciel thononais du 6 octobre 2014

Dans un autre jardin des citrouilles avaient escaladé le mur et se répandaient de l'autre côté, dans une prairie.

Petit coin de ciel thononais du 6 octobre 2014

Mes doutes se confirment. Nous sommes envahis peu à peu par les nuages.

Petit coin de ciel thononais du 6 octobre 2014

Partager cet article

Repost 0

Le voyage de retour de septembre 2014

Publié le par Françoise Andersen

Je suis ici depuis le 25 septembre et je ne vous ai pas encore raconté mon voyage. Il faut dire que j'ai eu des problèmes de connexion avec SFR  (voir le précédent article).

 

J'étais triste de quitter la maison, le jardin et  tous mes animaux, mais j'ai quand même retrouvé avec plaisir le lac Léman, les montagnes ... ET  le "ç" - et même le "Ç" - de mon i Mac danois, que le vendeur, lors de l'achat, avait programmés respectivement sur "Alt + c" et "Shift+ Alt + c". 

 

Comme toujours ça a commencé par la petite traversée  agréable de 3/4 d'heure, en ferry,  entre le sud du Danemark et le nord de l'Allemagne. Et ça sera pareil l'an prochain, car c'est seulement en 2021 qu'un tunnel sous-marin verra le jour (si je puis m'exprimer ainsi). 

 

>>Les deux pays ont uni leurs efforts pour construire le plus long tunnel sous-marin du monde. Long de 17,6 km, le Fehmarn Belt (du nom du détroit qu’il traverse) devrait permettre de faire circuler voitures et trains dans des couloirs abritant une autoroute quatre voies et une double ligne de chemin de fer. De quoi relier la Scandinavie à l’Europe du Nord en dix minutes à peine, contre trois quart d’heures en ferry aujourd’hui. Coût total du projet : 6,8 milliards d’euros, dont une grande partie sera remboursée à terme par le péage. La fin des travaux est prévue pour 2021.<<

 

Le tunnel sous la Manche fait 50,5 km dont 38 km sous l'eau, mais je crois qu'il a été creusé, alors que ce tunnel sera composé d'éléments en béton immergés dans la mer.

Il faisait trop froid sur le pont, alors nous sommes restés à l'intérieur.

Le voyage de retour de septembre 2014

J'ai découvert un espace jeu. Je ne dois pas être la seule à ne pas le connaître, car il n'y avait pas beaucoup d'enfants.

Le voyage de retour de septembre 2014

A Hambourg nous avons eu une bonne surprise: des Allemands nous avaient dit que l'auto train allait être supprimé en 2015, mais au bureau d'enregistrement à Hambourg, on nous a dit que cela n'affecterait que quelques destinations. "Notre" ligne ne sera pas supprimée avant trois ans. Quel soulagement !  Je nous voyais mal faire 1200 km de route à notre âge.

 

Nous avons eu comme chaque année de la difficulté à obtenir un échange de compartiments. Lors de la réservation sur Internet, on doit dire combien on est. Je coche donc toujours "deux adultes". Malgré tout, l'ordinateur nous octroie toujours des compartiments qui ne sont pas à côté l'un de l'autre. Cette année nous avions le 42 et le 51 l Il s'agit de compartiments avec deux lits superposés, mais pour pouvoir n'utiliser que celui du bas, nous en réservons deux. Cela pose apparemment des problèmes à l'ordinateur. Pourtant c'est prévu qu'ils communiquent. Si on a un seul compartiment la porte à glissière est en biais. Si on a deux compartiments l'un à côté de l'autre, l'employé déplace les portes qui sont en biais et les place sur le grand rail qui est droit.  Il y a ainsi un petit couloir entre les deux compartiments. Étant donné qu'une photo vaut mieux qu'un long discours, vous pouvez voir ce que cela donne une fois qu'on a réussi à faire comprendre à l'employé notre désir très légitime de voyager ensemble.  :)

Le voyage de retour de septembre 2014

Après ce voyage en train, nous avons traversé la Suisse et pique-niqué sur une aire de repos "tout confort".

Le voyage de retour de septembre 2014

Ils avaient même pensé aux petits oiseaux.

Le voyage de retour de septembre 2014

Une fois à Thonon, je me suis dépêchée d'installer sur le balcon mes sept géraniums voyageurs. 

Le voyage de retour de septembre 2014

Avant le départ, en voyant ces sept géraniums que j'avais rassemblés sur la terrasse,  j'avais eu un peu peur qu'il n'y ait pas assez de place dans le coffre de notre bonne vieille Xsara.

Le voyage de retour de septembre 2014

J'ai donné toutes mes autres plantes à mon amie Kirsten, même certains cosmos géants que j'avais déterrés de mes plates-bandes. Ils ont miraculeusement supporté ce déracinement, d'après un mail reçu hier.

Le voyage de retour de septembre 2014
Le voyage de retour de septembre 2014

Partager cet article

Repost 0

Cyberdépendance

Publié le par Françoise Andersen

Cela fait environ 20 ans que je suis cyberdépendante. Ca a commencé au milieu des années 90. Nous habitions à Copenhague et le Danemark était pionnier en matière de connexion Internet via un ordinateur, alors qu'en France on pianotait encore sur le Minitel.

 

Compuserve (qui a ensuite été repris par AOL) a été le premier des grands fournisseurs de service en ligne aux USA, où il a dominé le marché au milieu des années 1980. Je crois qu'il est arrivé au Danemark au début des années 1990. J'utilisais, depuis le début des années 1980, les ordinateurs pour mon travail. A l'époque je concevais et vendais des logiciels pour l'enseignement du français langue étrangère. Les écoles danoises étaient en effet équipées de salles d'ordinateurs depuis le début des années 1980.  

 

Un jour mon fils m'a inscrite à un forum francophone de Compuserve en me disant: "C'est quelque chose pour toi. Tu vas pouvoir communiquer avec un tas de gens". J'ai vite attrapé le virus. J'étais membre de FranceForum où se retrouvaient Francais, Belges, Suisses et Canadiens pour discuter, et plaisanter. Je m'y suis fait des amis. J'en ai rencontré ensuite plusieurs dans la "vraie vie" et j'ai gardé le contact avec certains d'entre eux. Enfin ceux qui ne sont pas encore morts !  

 

Mais je m'égare avec mon humour noir. Je vous parlais de ma cyberdépendance. Elle s'est confirmée hier quand je suis restée toute la journée sans Internet. Si vous saviez le nombre de fois où j'ai essayé, en vain, de me connecter ! Les voisins du dessous, qui étaient aussi chez SFR, sont passés à Free, justement à cause de ces coupures plus ou moins longues. C'est ce que je compte faire aussi, mais je sens que ca va être la croix et la bannière pour résilier mon abonnement.

 

Je ne trouvais plus le numéro de l'assistance de SFR. Ma voisine a essayé de le trouver sur le Net. Elle me l'a donné . C'est le 0805701801, mais ca ne vous servira pas à grand chose de l'appeler. Il est certes gratuit et fonctionne 24 h sur 24 7 jour sur 7, mais il s'agit en fait simplement d'une boîte vocale.

 

On vous demande de taper un chiffre, suivant qu'il s'agit de la ligne téléphonique, de la connexion Internet, de la facture, etc. J'ai donc tapé le chiffre correspondant à Internet. On m'a à nouveau donné un choix et j'ai choisi "vous voulez signaler un incident". Je m'attendais alors naïvement à entendre (c'que j'peux être bête !) : "Nous allons vous mettre en relation avec un technicien". Que nenni ! On m'a conseillé de....je vous le donne en mille....d'en savoir plus en me rendant sur

www.sfr.fr.

 

Oui mais comment j'fais moi,  puisque j'peux pas me connecter ! :(

 

Bref ce matin tout est rentré dans l'ordre. Mais cela risque de se reproduire. Si je change de fournisseur, il paraît que je vais être sans connexion pendant une dizaine de jours. Comment j'vais faire ?

 

Vous pouvez en savoir plus sur cette addiction en allant sur Doctissimo

 

Partager cet article

Repost 0