Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La confiance règne !

Publié le par Françoise Andersen

On dit souvent ca de facon ironique, mais dans ce cas c'est bien vrai. Je vous ai déjà parlé de la vente de fruits et légumes au bord des routes danoises à partir d'un étal non surveillé où on dépose l'argent de ce qu'on achète dans une boîte. On peut même parfois se rendre soi-même la monnaie. Le même système existe pour la cueillette de fleurs.

Quand nous allons à Maribo, une petite ville à une vingtaine de km de chez nous, nous passons devant un grand écriteau dans un champ. Il annonce qu'on peut soi-même cueillir des fleurs.

La confiance règne !

Le jour où j'ai pris la photo beaucoup de glaïeuls étaient déjà vendus. Mais il y avait aussi des dahlias et des tournesols. Un petit écriteau indiquait la marche à suivre:

On emprunte le sécateur (j'ai été étonnée qu'il ait été remis á sa place) et on fait son propre bouquet. Ensuite on calcule ce que l'on doit et on met l'argent dans la boîte.

Les tournesols et les glaïeuls coûtent 5 couronnes danoises pièce, c'est-à-dire 70 centimes d'euro. les dahlias seulement 3,. J'ai bien aimé la dernière phrase qui peut dissuader les gens de ne pas payer:

 " N'oubliez pas que seules les fleurs qu'on a payées apportent la joie".

La confiance règne !

Je publie à nouveau la photo de la vente de fruits et légumes en "libre-service",  à la campagne, car tout le monde ne l'a pas vue.

La confiance règne !

Partager cet article

Repost 0

Petit coin de ciel danois du 27 juillet

Publié le par Françoise Andersen

Je sais, je triche, On est mardi. Mais mes photos sont de lundi.

Hier le temps n'a fait que changer pendant toute la journée, comme vous pouvez le constater sur ces deux photos. Les averses vont continuer demain et on nous a annoncé 18. Aujourd'hui ca allait encore (21 mais avec un vent froid). Je n'ai jamais connu un été aussi changeant au Danemark. Depuis mon arrivée soit j'ai trop chaud, soit j'ai froid.

Petit coin de ciel danois du 27 juillet

Je reprends. On est mercredi matin. J'ai dû arrêter hier soir car je ne pouvais plus charger de photos. Mon article sera donc pour une fois très court.

A la semaine prochaine et bonnes vacances à tous / toutes.

Tiens, je viens de découvrir quelque chose: Depuis quelque temps je m'étonnais de ne plus voir la petit enveloppe qui devenait rouge si on voulait prévenir ses abonnés d'une nouvelle publication et je pensais que c'était devenu automatique. Mais non, je dois encore cliquer mais sur une rubrique qui s'appelle "Emailer mes 20 abonnés". Du coup j'ai appris que j'avais 20 abonnés et qu'on peut maintenant dire "Emailer" pour "envoyer un mail". On n'arrête pas le progrès !

Partager cet article

Repost 0

Petit coin de ciel danois du jeudi 23 juillet

Publié le par Françoise Andersen

Eh oui, j'ai honte vis-à-vis de la communauté gérée par Vivi. J'ai oublié deux lundis de suite de publier mon petit coin de ciel du sud de l'île de Lolland (Danemark).

Mais comme ce matin j'ai eu la chance de pouvoir photographier une migration de ... euh ...oies sauvages ??, j'en suis très fière et même si nous sommes jeudi, je publie quand même mon article.

Petit coin de ciel danois du jeudi 23 juillet

Je peux malheureusement partager seulement l'image avec vous et pas le son. Leurs cris mélangés s'entendent de loin et j'ai eu le temps de saisir le premier appareil venu. Malheureusement pas celui avec un bon zoom, ce qui fait que la qualité technique n'est pas brillante.

J'ai pas mal délaissé Internet ces derniers temps. C'est parce que j'avais tant de choses à faire, mais aussi parce que je traversais une petite crise d'INTERNETTITE et de FACEBOOKITE. J'en ai profité pour faire le ménage sur mon journal "Facebook" où se trouvaient non seulement les nombreuses publications de mes "ami(e)s Facebook" mais aussi celles de leurs propres ami(e)s.. Mais je n'ai pas encore eu le temps de répondre aux commentaires sur mes blogs.

J'ai en revanche été plus active sur ma messagerie et j'ai écrit à de vieilles amies de la "vraie" vie ou des amies virtuelles qui au fil des ans sont aussi devenues des "amies pour de vrai".

Il m'arrive ainsi de temps en temps et pour différentes raisons, d'en avoir assez du virtuel. Parfois j'en ai marre de ce monde factice, des pseudos, des mensonges ou semi-mensonges, des gens qui ont des centaines d'amis, etc.. Il m'est arrivé par exemple il y a quelques années d'avoir pendant longtemps deux "amies Facebook" avant de m'apercevoir qu'il s'agissait de la même personne qui s'amusait à avoir deux identités.

Je vais essayer de rattraper le temps perdu en vous montrant des ciels que j'aurais dû publier. Voici par exemple le beau ciel bleu de mardi:

 

Petit coin de ciel danois du jeudi 23 juillet

Et celui d'hier, où nous avons eu 26 degrés. Oui cela ne vous semble pas beaucoup, mais comme nous n'avions pas eu très beau temps en fin de semaine et qu'il avait fallu ressortir les anoraks à cause du vent, cela nous a semblé bien chaud. Les taons semblaient aussi apprécier la chaleur (la présence d'un enclos avec des chevaux pas très loin d'ici explique peut-être leur présence), nous nous sommes réfugiés pour lire sous la moustiquaire que j'ai fabriquée il y a quelques années et que je  suspends au toit, qui déborde sur une partie de la terrasse.

Petit coin de ciel danois du jeudi 23 juillet
Petit coin de ciel danois du jeudi 23 juillet

Le soir il faisait encore doux (20 degrés) sur la digue.

Petit coin de ciel danois du jeudi 23 juillet

Aujourd'hui il a fait beau aussi quoique plus nuageux. En allant nous promener sur la plage nous venons de voir un très jeune chevreuil  dans un jardin, devant une maison.Il n'a même pas eu peur de nous. De loin j'avais cru qu'il s'agissait d'un chien.

Petit coin de ciel danois du jeudi 23 juillet

Je vous promets désormais de respecter la règle et de publier le lundi.

Partager cet article

Repost 0

L'officier allemand

Publié le par Françoise Andersen

Je suis née en 1938, en région parisienne, et mon enfance a été marquée par la seconde guerre mondiale. Un des souvenirs les plus nets de cette période est celui d'un homme, dont je n'ai jamais connu le nom et qui a toujours été pour moi "l'officier allemand". Il logeait à une cinquantaine de mètres de chez nous, dans une grande demeure appartenant à une entreprise de travaux publics. Celle-ci avait fermé, après le départ, sous les drapeaux, de son patron et de ses employés. Une partie de cette maison avait été réquisitionnée pour cet officier. La femme de l'entrepeneur devait donc subir sa présence et elle déplorait cette réquisition, mais je ne l'ai jamais entendue se plaindre de lui. Elle le disait très discret et courtois. Mes parents étaient les locataires de cette dame et nous habitions dans l'une des deux petites maisons jumelles bâties de chaque côté d'un grand porche, à l'entrée de la propriété. Le soir, quand l'officier rentrait, on entendait le grincement de la porte cochère, suivi du bruit cadencé des bottes sur les pavés.

Photo d'un offficier allemand trouvée sur Internet

Photo d'un offficier allemand trouvée sur Internet

Aussitôt l'ambiance changeait dans la cuisine et se chargeait d'angoisse. Ma mère se dépêchait d'éteindre le vieux poste de radio qui était branché sur la BBC, chaîne anglaise qu'il était interdit d'écouter. Elle refermait ensuite précipitamment la porte du placard, où il était caché. Le Général de Gaulle dirigeait, depuis Londres, l'action de la Résistance française, avec un groupe de Français. Ces hommes avaient, comme lui, fui le régime du maréchal Pétain, qui collaborait avec l'Allemagne nazie. Je me souviens des messages codés du genre "Les carottes sont cuites", brouillés par l'ennemi, qui tentait de les empêcher d'arriver jusqu'aux résistants, qui attendaient ces ordres pour mettre en oeuvre des sabotages, etc. C'est d'ailleurs un message de ce genre qui a déclenché le Débarquement. Ces messages ne concernaient pas mes parents, mais je pense qu'en les écoutant, ils reprenaient espoir. Quelque chose était en marche et allait mener à la Libération.

Un soir, l'officier allemand a frappé soudain à la porte vitrée de la cuisine qui donnait sur une notre petite cour. Normalement cette porte menant sous la porte cochère était fermée à clé, mais ce jour-là elle était apparemment restée ouverte. Il s'est excusé de cette intrusion et a demandé s'il pouvait acheter des oeufs. Il avait vu que nous avions un poulailler avec quelques poules. Son regard s'est tout de suite porté sur le poste de radio que maman n'avait pas eu le temps de cacher. J'ai vu l'effroi dans le regard de mes parents.

L'officier allemand

L'officier a alors fait mine de n'avoir rien vu et il m'a fait un gentil sourire, comme pour me dire: "Ne crains rien". Depuis ce, jour j'ai su que cet homme n'était pas méchant et qu'il était pris malgré lui dans cette guerre. Mes parents m'avaient toujours dit que je ne devais pas lui parler, qu'il était dangereux. Il aurait pu l'être en effet pour nous, s'il avait appris l'existence de mon oncle, qui était dans la Résistance. (voir note et photos à la fin).

Je comprends donc que mes parents aient eu peur qu'il me pose des questions. Ils me l'avaient donc presque décrit comme un ogre qui mange les petits enfants.

Un jour, je jouais dans la cour et la porte était restée ouverte pendant que maman était allée parler à la femme de l'entrepreneur. J'ai entendu le bruit des bottes sous le porche et j'ai vu l'officier passer. Il s'est arrêté, m'a souri et a dit: "Je peux ?" avant de s'avancer vers moi dans la cour. Il m'a demandé le nom de ma poupée et nous avons échangé quelques mots. Puis il s'est accroupi devant moi et m'a parlé de lui. Je n'ai pas tout compris car, parfois, il se mettait à parler allemand. Il était musicien et malgré mon jeune âge, j'ai senti que c'était bien malgré lui qu'il portait cet uniforme ennemi.

L'officier allemand

Il m'a dit que j'étais une jolie petite fille et a ajouté, en me caressant doucement les cheveux, qu'il avait lui aussi une petite fille de mon âge. J'ai lu alors dans ses yeux une immense tristesse et une larme a glissé lentement sur sa joue. Ma mère est arrivée. Il s'est levé d'un bond, comme pris en faute, a claqué des talons, et l'a saluée. Je ne l'ai plus jamais revu. J'ai appris plus tard qu'il avait été envoyé au Front de l'Est. J'espère qu'il n'y est pas mort et qu'il a pu retrouver sa fille. Il lui a peut-être parlé d'une petite Française de quatre ans, qui est maintenant une mamie de 77 ans, qui se souvient encore de lui.

Note:

>>François ROCHEX a appartenu à un groupe de résistants rattaché à "Libé Nord" jusqu'au 22/10/1944 sous les ordres d' André Bataillard alias commandant "Martin" << Source Google

Mon oncle arrive ici, tout guilleret, en octobre 2011, à la réception organisée en son honneur, par la mairie de sa ville (Nogent-sur-Oise), à l'occasion de son centième anniversaire.

L'officier allemand
Avec sa fille Nellie Rochex et le maire de Nogent-sur-Oise

Avec sa fille Nellie Rochex et le maire de Nogent-sur-Oise

L'officier allemand

Publié dans Souvenirs

Partager cet article

Repost 0

Petit coin de ciel danois du 6 juillet 2015

Publié le par Françoise Andersen

La température est enfin redevenue normale pour un été danois, après l'orage de cette nuit. J'avais peur en me levant que le temps soit détraqué, mais il faisait beau malgré le vent qui agitait le drapeau du voisin et quelques nuages qui se sont vite dissipés.

Petit coin de ciel danois du 6 juillet 2015

Heureusement car j'avais eu du mal à supporter la chaleur de ces derniers jours.

 

Petit coin de ciel danois du 6 juillet 2015

Elle me rappelait la canicule de 2013 qui nous avait obligés à acheter, pour le séjour, une pompe à chaleur qui peut aussi faire clim. Nous en avons bien profité ces derniers jours.

Et puis il y a la plage à moins de 500 m d'après le compteur de la voiture et à 200 m d'après l'annonce de l'agence immobilière qui nous a vendu la maison. C'est comme les chiffres des manifestants qui diffèrent suivant qu'ils viennent de la police ou des syndicats. Bref une fois installés sous un parasol dans des transats, c'était agréable, surtout que la petite plage du lotissement était presque déserte.

Petit coin de ciel danois du 6 juillet 2015
Petit coin de ciel danois du 6 juillet 2015

Bref, elle est pas belle la vie !                  :)

Partager cet article

Repost 0

J'ai gagné le concours de la photo du mois de juin :)

Publié le par Françoise Andersen

J'ai gagné le concours de la photo du mois de juin :)

Un grand merci à celles et à ceux qui ont voté pour ma photo sur le blog de Nadia. Elle date du temps où nous pouvions encore faire de magnifiques randonnées en montagne, en Haute-Savoie. Je suis nostalgique en la voyant mais j'essaie de me rappeler le sage conseil d'un ami: "il ne faut pas regretter ce que l'on ne peut plus faire, mais plutôt se réjouir de ce que l'on peut encore faire". Je dis une nouvelle fois à Nadia un grand merci pour le gros travail qu'elle fait pour ses abonnés.

Partager cet article

Repost 0